7±2 sera le nombre et le nombre sera 7±2 (première partie)

Taille d’équipe, productivité et intelligence collective


Retrouvez la suite de cet article :
« 7±2 sera le nombre et le nombre sera 7±2 (deuxième partie) « 


Question récurrente

Jackson_5_Jim_Nabors_Show_1970

Lors des formations à l’agilité ou à Scrum, une question revient toujours à un moment ou l’autre de la journée : « quelle est la taille conseillée pour une équipe agile ? » .

Et le formateur de répondre automatiquement : « Sept plus ou moins deux » . D’où vient cette réponse ? Est-ce un mythe ou existe-t-il des justifications ?
Pourquoi poser une limite à la taille d’une équipe ? Nous allons creuser cette question et peut-être trouverons-nous l’origine du nombre mystérieux « 7±2 »  ?

Des exemples ?

Commençons par lister quelques exemples de mention de ce chiffre magique au sein de la communauté agile :

« L’équipe Scrum cross-fonctionnelle (feature team) de 7± 2 personnes est idéalement stable, au travers du processus social lent d’une cohésion renforcée. »
Practices for Scaling Lean & Agile Development, Craig Larman Bas Vodde

« Au niveau de l’équipe, les équipes agiles de 7±2 membres définissent, construisent et testent les scénarios utilisateurs dans un enchaînement d’itérations et de versions. Nous notons également la recommandation des « 7±2 membres » pour une équipe idéale. Pour avoir expérimenté avec des équipes plus importantes, la plupart du temps sans réussite, nous soutenons également cette recommandation. »
Agile software requirements, Dean Leffingwell

Scrum est moins précis dans le Guide 2013, mais apporte une justification que nous retrouverons étayée plus loin dans cet article :
« Comporter plus de neuf membres demande trop de coordination. Les grandes équipes de développement génèrent trop de complexité pour être gérées par un processus empirique. »

Jeff Sutherland, co-auteur de Scrum, conseille dans un article de 2003 de conserver la taille de l’équipe au-dessous de trois en s’appuyant sur des métriques d’Howard Rubin :
SCRUM: Keep Team Size Under 7! (2003) http://scrum.jeffsutherland.com/2003/02/scrum-keep-team-size-under-7.html
Rubin, Howard (Ed.) A Metrics View of Software Engineering Performance Across Industries. IT Metrics Strategies V:9:3, September 1999.

Mike Cohn reprend à son compte le critère des deux pizzas de Jeff Bezos d’Amazon :
« Serez-vous capables de nourrir la plupart des équipes avec deux pizzas ? Amazon les nomme « les équipes deux-pizzas », en référence au fait que l’équipe peut être nourrie avec deux pizzas (Deutschman 2007). »

Les origines dans l’agilité

Au sources de l’Agile

La méthode RAD popularisée par James Martin (1991) a inspiré les méthodes agiles et en particulier Scrum. James Martin proposait que les équipes de construction prennent la forme de SWAT teams en référence au domaine militaire où cet acronyme signifie : Special Weapon And Tactics. Chaque membre de l’équipe est spécialement formé à une discipline. L’équipe comprend l’ensemble des compétences nécessaires pour effectuer la mission et s’entraîne intensivement à fonctionner de manière collective.

Martin propose l’adaptation Skilled Workers with Advanced Tools pour le développement logiciel. L’équipe SWAT comprend alors de 2 à six développeurs :
« La taille de l’équipe est idéalement de 4 à 6 personnes afin de permettre à ses membres de nouer des relations fortes. » http://www.rad.fr/agilmot.htm J.P. Vickoff

Pourquoi limiter la taille ?

Lorsque l’on considère des pratiques agiles communes, des problèmes concrets surviennent rapidement lorsque le nombre d’équipiers s’accroît. Essayez par exemple :

  • de faire une estimation collective en Poker Planning à 30 ;
  • de maintenir la durée de la réunion quotidienne (daily-meeting) à 15 mn avec 20 développeurs, sans parler de la concentration de chacun sur ce qui s’y dit !

Sans même parler de justification théorique, on constate rapidement dans la pratique les problèmes posés par de grandes équipes.

Au-delà de l’Agile

La limitation de la taille d’un groupe pour favoriser son efficacité remonte…aux origines de l’humanité. En dehors de l’aspect symbolique du chiffre douze, Jésus est par exemple accompagné de douze apôtres, sa SWAT team.

Jean-Michel Cornu s’intéresse au nombre qui limite nos capacités à donner, échanger et coopérer :
« Dans les faits, on observe plutôt ce type de comportement au sein de petits groupes d’une douzaine de personnes maximum : une famille, un groupe humain avant la constitution des villages au Néolithique, mais aussi au travail, dans une équipe sportive ou encore dans un groupe de réflexion… Jean-François Noubel parle d’intelligence collective originelle. » 
Jean-François Noubel, Intelligence Collective, la révolution invisible, 2004, révisé en 2007

GE_Cayenne_tribu_Iracoubo
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:GE_Cayenne_tribu_Iracoubo.jpg

Nombre de Dunbar et Vision holoptique [1]

L’anthropologue britannique Robin Dunbar a montré que la limite naturelle de la taille du réseau social d’un humain était de 148, nombre qui, généralement arrondi à 150, est appelé le nombre de Dunbar.

Jean-Michel Cornu, dans le même article que précédemment, poursuit sa réflexion en s’appuyant sur la limite naturelle du nombre de Dunbar :
« Dans un groupe de 12 personnes, il existe 144 éléments à connaître [2] pour avoir une véritable compréhension d’ensemble de ce qui se passe dans le groupe (vision holoptique). Cela ne veut pas dire qu’il nous est impossible de constituer des groupes de plus de douze personnes, mais au fur et à mesure que nous dépassons cette limite, notre capacité de faire des alliances naturelles se réduit. Comme le dit Jean-François Noubel : « Dans ces petites structures, chacun perçoit, en temps réel, ce que font les autres et le sens de leur action commune ».  »
[1] du grec holos (entier) et optikós (relatif à la vue).
[2] si on distingue le lien d’une personne vers une autre et celui de cet autre personne vers la première et qu’en plus des relations entre les personnes, on compte chaque personne, nous compris.

Luke Hohmann, dans ses formations Innovation Games®, propose une formule en forme de dicton pour exprimer cette limite à nos possibilités de collaboration : « After eight, no collaborate ».

image03

Groupes et Psycho-socio

Le groupe prend naissance avec trois participants. Avec l’arrivée d’un quatrième participant les phénomènes de groupes se dévoilent. La psychologie sociale sépare ensuite les groupes en catégories suivant leur taille.

Anzieu et Martin, qui font référence dans le domaine, parlent de groupes restreints : « un nombre restreint de membres qui permet à chacun d’avoir des échanges interindividuels avec tous les autres. »

« Le groupe primaire ou groupe restreint est déterminé par son nombre restreint, par le fait que chacun a une perception individualisée de l’autre et que les échanges interindividuels sont nombreux. Les participants ont en commun les mêmes buts. Il existe une interdépendance, une solidarité en dehors des réunions et actions communes, très forte, d’où la constitution de sous-groupes (relation affective). Des normes, des signaux et des rites propres s’érigent. »

De 6 à 13 personnes, il y a constitution de groupes restreints, pourvus généralement d’un objectif et permettant aux participants des relations explicitent entre eux et des perceptions réciproques ; ils sont partiellement ou totalement consacrés à la réunion-discussion.

Structuration (degré d’organisation interne et différentiation des rôles) : Elevée
Durée : Trois jours à dix ans
Nombre d’individus : Petit
Relations entre les individus : Relations humaines riches
Effet sur les croyances et les normes : Changement
Conscience des buts : Elevée
Actions communes : Importantes spontanées voire novatrices

Citations extraites de la fiche de lecture de Nathalie Jean-Augustin sur « La dynamique des groupes restreints»de Didier Anzieu, Jacques-Yves Martin aux éditions PUF 12ème édition – Septembre 2000, p 42

 

 


Retrouvez la suite de cet article :
« 7±2 sera le nombre et le nombre sera 7±2 (deuxième partie) »
Nous y découvrons la signification de ce mystérieux 7±2…


Une réflexion sur “7±2 sera le nombre et le nombre sera 7±2 (première partie)

  1. Ping : Récapitulatif de mes articles parus sur le blog de Coactiv en 2014 |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s