Comment se concentrer sur des fonctionnalités utiles au projet?

Je suis Product Owner et j’entends souvent : “Est-ce que vous pourriez développer cette fonctionnalité? Et celle-ci aussi?”, “Celle-là est indispensable!”, “Ah, j’ai aussi pensé à ça!”, etc... Pleins de gens ont de bonnes idées! Sauf que :

1 – On ne peut pas tout développer. Je ne sais pas vous, mais moi j’aimerais bien que les journées aient plus d’heures!

2 – A quoi ça sert d’ajouter des fonctionnalités encore et encore? Sur-développer ça a un coût.

3 – Si mon projet n’atteint pas ses objectifs, est-ce que je suis capable d’identifier le pourquoi et de proposer une nouvelle stratégie pertinente?

C’est au vu de ces 3 constats que j’aime utiliser les cartes d’impact. Cet article permet ainsi de comprendre ce que sont de telles cartes, mais également de savoir comment les réaliser, et ce, avec quelques conseils!

1 – Une carte d’impact, c’est quoi ?

Une carte d’impact est un graphique représentant des idées, des tâches, des mots, des concepts qui sont liés entre eux autour d’un sujet central.

Elle est créée de façon collaborative par des personnes d’expertises variées et facilitée en répondant aux 4 questions suivantes :

Squelette

Question 0 : Pourquoi ?

Le niveau 0 de la carte d’impact répond à la question la plus importante : Pourquoi ? Pourquoi dépensons-nous de l’argent pour ce projet ? Pourquoi sommes-nous prêt à y dépenser de l’énergie ? Etc. C’est l’objectif que nous voulons atteindre. Il présente le problème à résoudre, pas la solution.

Voici un exemple de “Pourquoi ?” :

Schéma global pourquoi corrigé

Tout au long de cette première partie, nous allons suivre un même fil rouge comme exemple. Nous serons dans l’univers des salles de sport et notre objectif ultime est d’atteindre 1 million d’abonnés d’ici fin janvier 2018.

Question 1 : Qui ?

Le 1er niveau d’une carte d’impact concerne les acteurs. C’est l’ensemble des parties prenantes internes et externes qui peuvent influencer notre objectif. S’intéresser aux acteurs permet ainsi de mieux répondre au besoin, mieux anticiper et mieux prioriser. Soyez spécifiques et éviter les termes comme “utilisateurs”. Pour les identifier, aidez-vous des questions suivantes :

  • Qui peut nous aider à atteindre notre objectif ?
  • Qui peut nous en empêcher ?
  • Qui peut provoquer le changement attendu ?
  • Qui sont les clients ou utilisateurs de notre produit ?
  • Qui sera impacté par celui-ci ?

Schéma global qui corrigéPour atteindre 1 million d’abonnés à notre salle de sport, les cadres qui travaillent aux alentours ainsi que les étudiants peuvent par exemple et potentiellement nous aider à atteindre notre objectif.

Question 2 : Comment ?

Le 2ème niveau d’une carte d’impact concerne les impacts que nous voulons créer, c’est-à-dire les comportements qui vont nous permettre d’atteindre notre objectif. Attention, ne confondez pas, il ne s’agit pas des fonctionnalités du produit. Ce deuxième niveau d’une carte d’impact répond aux questions suivantes :

  • Comment le comportement des acteurs doit-il changer ?
  • Comment peuvent-ils nous aider à atteindre notre objectif ?
  • Comment peuvent-ils empêcher l’objectif de se réaliser ?

Schéma global comment corrigé

Dans notre exemple, on peut imaginer que si les étudiants payent moins cher leur abonnement à la salle, il y en aura plus qui s’inscriront. Je vous laisse réfléchir à d’autres impacts potentiels.

Question 3 : Quoi ?

Le 3ème niveau d’une carte d’impact concerne les livrables et répond à la question :

  • Que pouvons-nous faire, en tant qu’entreprise ou équipe, pour encourager les impacts ?

Pour que les étudiants payent moins cher leur abonnement, nous pouvons par exemple réaliser des offres de parrainage. Il n’y a bien sûr pas qu’une réponse, l’idée est de trouver plusieurs hypothèses. Et n’essayez pas d’avoir des livrables complets tout de suite. Affinez-les petit à petit.

Au final, la carte d’impact ressemble à ça :

Schéma global corrigé v2

2 – J’aimerais en savoir plus sur les bénéfices d’une carte d’impact :

Une carte d’impact a de multiples rôles.

Le but n’est pas de réaliser tout ce qu’il y a sur la carte, mais de trouver le chemin le plus court qui mène à l’objectif. Il s’agit d’un point très important : chaque branche de la carte représente une hypothèse. Une fois la carte réalisée, vous priorisez les branches. Une fois qu’un livrable est sorti, on peut mesurer le changement de comportement et l’impact sur l’objectif global : continuons-nous à travailler sur cette branche ou testons-nous plutôt une autre? Si l’objectif est atteint, pas besoin de travailler les autres hypothèses de la carte. Si l’objectif n’est pas atteint, nous pouvons travailler sur une autre branche. En étant dynamique, la carte permet ainsi d’adapter sa stratégie au-cours du projet.

Elle permet également d’aligner les parties prenantes d’un projet sur une même vision globale. Au cours de l’atelier, les participants vont en effet créer une compréhension commune du périmètre, non pas d’un point de vue technique, mais d’un point de vue métier du produit/ service.

Personnellement, j’aime particulièrement bien un bénéfice que cite Gojko Adzic dans son livre “Impact Mapping: Making a Big Impact with Software Products and Projects”: “éviter le nombre de User Story (US) malhonnêtes”. Dans une US, le qui?, le comment? et le quoi? seront reliés; preuve à l’appui :

us malhonnêtes corrigé

En permettant d’aller plus loin dans la réflexion, on détermine ainsi réellement ce qu’on veut voir fait avec chaque US, et on évite les US malhonnêtes du style “en tant que vendeur je veux vendre…”

Comme dernier rôle, je citerai que la carte d’impact permet de rendre les meetings plus efficaces car elle a recours à la facilitation visuelle. La participation augmente, l’image globale permet de comparer des idées, de découvrir des modèles et de trouver de nouvelles idées plus facilement; et la mémoire de groupe s’améliore.

Pour l’anecdote, sachez d’ailleurs que les questions sous-jacentes des cartes d’impact sont les mêmes que celles du processus de team building de Gibb Drexler Weisbord qui facilite une bonne discussion et amène différents rôles à travailler ensemble dans un même groupe. Vous allez pouvoir vous la péter!

3 – Je veux créer une carte d’impact avec mon équipe, comment m’y prendre?

Contrairement à ce que de nombreuses personnes le pensent, on ne crée pas une carte d’impact en une seule réunion !

Effectivement, je vous conseille de procéder en deux étapes. La première étape a plusieurs objectifs :

  • D’une part, il faut commencer par découvrir les vrais objectifs. La plupart des projets démarrent avec les sponsors qui nous donnent une liste de fonctionnalités. Cela constitue un risque d’échec car les sponsors ne sont pas tous techniques et nous sommes dans un monde où tout change très vite. Le 1er pré-requis est ainsi d’avoir un objectif clair et partagé et non pas une liste de fonctionnalités. Aidez-vous de la méthode des 5 pourquoi pour arriver à déterminer cet objectif.
  • Ensuite, définissez les bonnes mesures pour préciser vos objectifs et les rendre concrets. Posez-vous les questions suivantes :
    • Qu’allez-vous mesurer ?
    • Comment allez-vous le mesurer ?
    • Quelle est la situation actuelle ?
    • Quelle est la valeur minimale acceptable ?
    • Quelle est la valeur cible ?
  • Enfin, définissez votre premier jalon. Vous avez en effet peut-être listé plusieurs objectifs. Parmi ceux-ci, sélectionnez ceux auxquels il faut répondre en premier. Par la suite, une fois que ce jalon sera atteint, vous pourrez créer une seconde carte d’impact.

La deuxième étape, c’est l’atelier de création de la carte d’impact.

  • Pour commencer l’atelier, placez l’objectif au centre, et complétez-le avec vos premières idées : acteurs, impacts et livrables. L’objectif de cette première phase est de dessiner un squelette suffisant pour faciliter les échanges.
  • Ensuite, vous l’étaierez par des acteurs et des impacts additionnels. Aidez-vous des questions suivantes :
    • Quels autres éléments les acteurs pourraient-ils faire pour nous ?
    • Qui d’autre peut nous aider ? Comment ?
    • Qui peut nous mettre des bâtons dans les roues ?
  • Maintenant que nous avons plusieurs options, il faut faire des choix : Quels sont les évènements cruciaux qui peuvent nous stopper avant que le projet démarre ? Y a-t’il un impact à forte/ faible valeur ajoutée quelque part sur la carte ? Quelles sont les hypothèses clés à tester ? Attention, on priorise les impacts, pas les livrables.
  • Une fois que les acteurs et impacts ont été clairement identifiés, vous pouvez commencer à faire grossir vos branches de livrables :
    • Quel est le moyen le plus simple de supporter cette activité ?
    • Que pouvons-nous faire d’autre ?
    • Si nous avons des doutes sur cette hypothèse, quel est le moyen le plus simple de la tester ?
    • Pouvons-nous commencer à avoir des réponses avec un processus partiellement manuel ?

4 – J’ai un peu peur de me lancer…

Allez-y! C’est en faisant qu’on apprend. Voici quelques conseils :

Avant la réunion, commencez par sélectionner les bonnes personnes en invitant des personnes d’expertises différentes.

Pendant la réunion de création, n’allez pas dans le détail trop tôt, et surtout, ne critiquez pas trop; ça bloquerait la créativité du groupe. Ne sautez pas des niveaux : ne passez pas du pourquoi au comment par exemple; la carte d’impact perdrait alors tout son sens.

Plus tard, n’hésitez pas à réunir les personnes autour de la carte précédemment produite pour valider ou invalider vos hypothèses, mesurer l’atteinte des objectifs et adapter la stratégie si besoin.

Si grâce à cet article vous avez animé la création d’une carte d’impact, n’hésitez pas à nous donner vos feedbacks en commentaire!

Aurevoir

Vous voulez en savoir plus? En apprendre davantage sur l’impact mapping grâce à un angle d’approche différent? Si c’est le cas, je vous conseille la lecture de « Impact mapping – Gardez le fil » de mon collègue Grégory Alexandre.

Une réflexion sur “Comment se concentrer sur des fonctionnalités utiles au projet?

  1. Ping : Agilistes, concentrez vous sur l'essentiel avec l'impact mapping !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s