Sculptez vos user stories et critères d’acceptance à l’aide de questions

5047534162_4332d7305d_z

Une idée de fonctionnalité est comme un matériau brut que l’on peut s’amuser à sculpter. Je l’ai remarqué lors d’ateliers en questionnant les équipes que j’accompagne sur les fonctionnalités qu’elles veulent développer et la manière dont elles comptent les valider. J’utilise les trames “User story” et BDD (Behaviour Driven Development) pour capturer l’essence du besoin et la manière dont la réponse pourra être observée une fois la fonctionnalité développée. Je trouve beaucoup de valeur à ce type d’atelier car, d’une part, il permet aux équipes de se former aux user stories et aux scénarios BDD en utilisant leur propres sujets et d’autre part, de s’imprégner du format de l’atelier qu’elles peuvent réutiliser.
Lire la suite

Et si vous essayiez Scrumban ?

Chaque année, je m’éloigne un peu plus du Scrum traditionnel. J’observe un décalage entre certaines pratiques et les attentes des équipes que j’accompagne. Je me questionne sur certains concepts comme l’estimation, la notion de sprint, la priorisation, etc. J’ai trouvé dans Kanban d’excellentes idées qui ont altéré ma manière de pratiquer Scrum. De plus en plus de personnes se tournent vers Scrumban, une évolution de Scrum, qui combine le meilleur de Scrum et Kanban. Depuis deux ans, j’ai moi aussi franchi le pas et aide des équipes à s’approprier cette approche. Voici comment elles s’essaient à Scrumban. Lire la suite

Le VSM, un excellent outil de cadrage de coaching agile

6215962913_dcd1e3c4ce

Le cadrage est une étape indispensable au lancement d’une transformation agile. Elle permet à chaque membre de l’équipe de donner du sens à la transformation, de partager un objectif tout en prenant connaissance du futur format de l’accompagnement. C’est également l’occasion de créer la confiance avec l’équipe et de casser l’image de l’hurluberlu qui débarque pour changer les choses à sa manière. Lors de cette phase de cadrage, j’aime bien utiliser un VSM (Value Stream Mapping) pour amener l’équipe à constituer son propre kanban board de transformation. Il contient les premiers sujets sur lesquels l’équipe a envie de travailler, la matière pour amorcer pour l’amélioration continue.
Lire la suite

Le Time To Market, un bon indicateur pour une transformation agile ?

J’ai très souvent lu ou entendu que l’agilité permettait d’avoir un meilleur Time To Market (TTM) que les traditionnelles méthodes orientées cycles en V. C’est un bon argument commercial auquel les décideurs peuvent être sensibles. C’est aussi quelque chose que je crois dans le sens où l’agilité nous donne des clés pour livrer rapidement et fréquemment de la valeur aux clients. Une transformation agile est souvent motivée par une amélioration du TTM. Dans ce cas, comment peut-on mesurer la progression vers cet objectif, peut-on considérer le TTM comme indicateur à revoir régulièrement pour vérifier la distance à la cible? Pas si simple.

12239377734_ee77ec423e

Lire la suite

La fréquence de livraison comme indicateur de performance d’une transformation agile ?

3697317390_32c6490b8b

La fréquence de livraison indique le rythme auquel une application est mise à jour pour intégrer des changements fonctionnels et techniques. La valeur délivrée peut prendre plusieurs formes comme de nouvelles fonctionnalités, de meilleures performances, une optimisation de l’utilisabilité, de l’évolutivité ou de la maintenabilité. La fréquence de livraison apparaît comme un indicateur plutôt révélateur de l’interaction entre les acteurs de la chaîne de valeur et de l’efficacité de l’outillage de test et de déploiement, mais attention à ne pas tirer de conclusion hâtive. Une équipe peut par exemple être en capacité de livrer tous les jours, mais ne réalise des déploiements qu’une fois par mois à la demande de son client. Est-ce que la fréquence de livraison est un bon indicateur de performance d’une transformation agile ? Est-il suffisant ou complémentaire à d’autres ? Examinons ce qu’il cache. Lire la suite

La prédictibilité, est ce réellement ce que nous souhaitons

2389390162_3cf223492d

Je me questionne beaucoup sur la valeur de la prédictibilité. L’article de Dave Rooney « Is Predictability Really What We Want ? » m’a donné un certain éclairage que je vais essayer de traduire ici.

La prédictibilité peut résonner comme l’une des principales caractéristiques pour créer la parfaite relation client. Je m’engage, je livre dans les temps, le client est content. En scrum, la prédictibilité se construit à l’aide de la vélocité. Plus cette vélocité est stable, plus les dates de livraison de vos user stories seront prédictibles. On aura tendance à attendre d’une équipe Scrum qu’elle atteigne une certaine maturité de vélocité afin de tenir les engagements du Sprint. Je ne suis pas à l’aise avec cette notion d’engagement de sprint, d’une part à cause des dérives quelle peut entraîner (l’équipe se sent obligée de terminer à tout prix le lot sur lequel est s’est engagée, quitte à y passer la nuit ou le week-end) et d’autre part, en raison de son éloignement de l’objectif premier « la satisfaction client », dont il existe certainement de meilleurs chemins pour y arriver. Lire la suite

3 manières de découper ses user stories

Slices

S’intéresser à la taille de ses user stories et les découper lorsqu’elles sont trop grandes est une bonne pratique. Cela permet d’éviter l’effet tunnel, de produire de la valeur rapidement et de contribuer à une meilleure organisation du travail de tout le monde. Encore faut-il les découper efficacement afin qu’elles soient testables et créent de la valeur. Lire la suite

En Kanban, partagez les activités, pas les rôles

Lorsqu’on présente la pratique Kanban à une équipe, la confusion peut s’installer quand on aborde les limites du travail en cours, les goulets d’étranglement et la manière de les résorber en faisant participer tous les acteurs. L’organisation du travail en est d’autant plus facilité si l’ambiguïté sur le partage des tâches plutôt que des rôles est levée rapidement. Lire la suite

Développer sans faire d’estimation, le mouvement #NoEstimates

aa

L’estimation est au cœur de la gestion de projet informatique aujourd’hui. On l’utilise pour anticiper ce que sera le produit (le périmètre, les fonctionnalités), son coût (le budget) et sa date de livraison. Sans estimation, il semble difficile de lancer et de faire vivre un projet. Pourtant, une communauté grandissante, réunie autour de la bannière #NoEstimates, avance que l’estimation n’est plus nécessaire, ou plutôt qu’il existe des alternatives. Est ce que tout cela est bien sérieux ? Existe t-il réellement des alternatives efficaces ? Il semblerait bien. Voici une petite synthèse de ce que j’ai pu lire de plus intéressant sur le sujet.

Lire la suite